Le Fuse est mort, longue vie au Fuse


13 janvier 2023
Crédit: Facebook @Le Fuse

C’est une nouvelle terrible pour le monde de la nuit, le Fuse, club mythique de la scène techno européenne, a annoncé hier soir sa fermeture à la suite de plaintes répétées d’un voisin pour cause de nuisances sonores.

L’équipe du lieu a expliqué sur ses réseaux sociaux "avoir reçu l’ordre immédiat de diffuser de la musique à un maximum de 95 décibels et de fermer ses portes à 2h00 du matin". Une condition impossible à tenir pour le club qui a préféré prendre la décision de fermer ses portes.

Le club belge s’apprêtait à fêter ses 30 ans l’année prochaine, une institution qui a marqué les esprits de toute une génération de clubbers. Il était notamment connu pour avoir accueilli les soirées « La Démence », soirées LGBT parmi les plus célèbres d’Europe. À titre de comparaison, ses équivalents européens ne sont autres que le Rex Club de Paris, la Fabric de Londres ou encore le Berghain Berlinois, bref, c’est un phare dans la nuit qui s’éteint.

Bien qu’on ait tous en tête le souvenir de s’énerver sur son oreiller à cause de voisins trop bruyant, on aimerait demander à ce cher voisin « Si son sommeil est si important, pourquoi a-t-il décidé de vivre à côté d’un club ? », ou bien carrément lui conseiller d’aller se faire foutre.  

Le Fuse a toutefois demandé aux autorités de revenir sur cette décision et une pétition a été lancée contre la fermeture du club, déjà signée par plus de 30.000 personnes en seulement quelques heures, voici le lien si vous souhaitez la consulter et/ou la signer, une réponse est attendue le 25 janvier.

Cette fermeture remet sur la table un débat éternel entre fêtes et droit au silence. En France, plusieurs maires ont récemment pris la décision de délocaliser les clubs en périphérie des villes, c’est le cas par exemple à Metz et Dijon.