La techno berlinoise bientôt au patrimoine de l'UNESCO


03 novembre 2021

Certains mouvements musicaux dépassent le cadre de la musique et deviennent de véritables modes de vie avec tout ce qu’il s’en suit, le style vestimentaire, le combat, les lieux. La techno a su réunir tout cela avec un message d'unité et d’amour qui a fait de Berlin sa capitale au point que l’association Rave The Planet veuille inscrire la techno berlinoise au patrimoine immatériel de l’UNESCO.

Pour l’association, qui est aussi derrière le retour de la Love Parade, les musiques électroniques « fascine et inspire les gens du monde entier. Danser ensemble unit les nationalités, les générations, les religions, les sexes, les classes sociales et les milieux culturels. » C’est pour ces raisons qu’elle s’engage à placer la culture de la techno berlinoise sous protection du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

L’idée est soutenue par de nombreux DJs et personnalités de la nuit : Ellen Allien, Dr Motte, Dimitri Hegemann ou encore Alan Oldham pour ne citer qu’eux.   

L’Allemagne et les musiques électroniques entretiennent un lien spécial, qu’on ne retrouve nulle part ailleurs en Europe.

Depuis l’année dernière l’Allemagne reconnaît officiellement la techno comme une musique à part entière et les Djs comme étant des musiciens. A Berlin, les clubs sont quant à eux considérés comme étant des lieux culturels depuis le mois de mai 2021, un statut qui offre des avantages fiscaux et qui protège les lieux de fête de la forte spéculation immobilières actuelle.