La fête peut-elle encore être rebelle aujourd'hui ?


23 novembre 2022
Crédit: Unsplash : @BAILEY MAHON

Depuis la crise du Covid, la vie nocturne est en pleine reconstruction, c’est d’ailleurs dans ce cadre que le conseil de la nuit de Paris s’est réuni récemment pour repenser la fête avec le projet « Demain la nuit ».

Pour certains, la fête est moins rebelle, moins revendicatrice qu’à une époque, mais peut-elle encore vraiment l’être aujourd’hui ?

Pour Sina XX, Dj et producteur engagé de la scène française, l’un des gros problèmes de la musique électronique aujourd’hui, « c’est qu’elle est de plus en plus perçue comme un service et non plus comme de l’art » avant de nous expliquer « malheureusement, mon engagement m’a fait fermer des portes parce qu’il y a des endroits où l’on veut seulement faire du divertissement ». Ce qui explique que les artistes se mouillent moins qu’avant.

Résultat : dans certains clubs et au sein de certains labels, les artistes « mainstreams » sont favorisés aux artistes engagés comme nous l’explique Sina XX. Pourtant, comme nous le rappel l’artiste parisien, la fête est un lieu de rencontre, d'échange et d’inclusivité, la musique est universelle, peu importe les idées de chacun. Et à l’heure des algorithmes des réseaux sociaux où il est difficile de s'extraire des cases dans lesquelles on nous range, au contraire, le débat devrait être le bienvenu au sein de la fête.

Et vous comment voyez-vous la fête ? Pour vous faire un avis, Sina XX sera de retour au Nexus pour la soirée du réveillon le 31 décembre aux côtés de Paula Temple, Clarz Cuvé, Prauze et Öpak. 

Places à réserver sur la page Facebook de l'événement