Brute et indus, la fête va se faire sous le périph cet été !


10 juin 2022
Le périph du KM25
Crédit: Victor Maitre

Pour beaucoup d’entre vous, les périphériques sont synonymes de zones industrielles hyper moches, grises, sales et polluées mais savez vous que les périphs sont aussi des lieux culturels de plus en plus prisés ? 

À Paris par exemple, le périphérique nord est devenu, en l’espace de 2 ans, l’un des espaces les plus festifs de la ville.
Le parc de la Villette compte, en plus de ses clubs et salles des concerts, déjà 2 open airs dans son enceinte : l’excellent Km25 installé l’année dernière justement sous le trafic parisien et le très bien nommé « le Périph' », le nouveau plus grand open air de la capitale qui s’apprête à faire son lancement vendredi prochain !

À quelques kilomètres de cela, dans le 17ème arrondissement, un nouvel espace de fête s’apprête à surgir du béton « le Virage », qui comme ses deux amis, va se situer sous le périph parisien.

« Paris manque d’espace public libre. »

Alors pourquoi choisir ce fameux périph parisien, brut et urbain ? La réponse est loin d’être uniquement esthétique puisque comme nous l’explique Marion Delpech, chargée de communication du Périph’ : « Paris manque cruellement d’espace public libre, on ne peut rien construire de nouveau et le voisinage est souvent problématique ». 

Quoi qu'il en soit, ces espaces de fête en marge des villes vont voir défiler tout l’été des centaines d’artistes de musiques électroniques, majoritairement techno, des légendes comme Marcel Dettmann, Ben Klock, Robert Hood, Helena Hauff ou encore Louisahhh aux nouvelles têtes montantes comme Olympe 4000MZA et Irène Dresel pour ne citer qu’elles, mais aussi des collectifs et soirées mythiques comme la Darude ou Boiler Room.