Loïc Roche

Loïc Roche découvre la musique électronique à l'âge de 12 ans en écoutant les mix de Carl Cox, Pete Tong ou encore Didier Sinclair sur Radio FG. 

Ses premières soirées débutent à Paris aux Folies Pigalle en passant par de nombreux clubs dont le mythique Queen sur les champs Elysées où il rencontre son futur manager Franko Grim. 

La suite est prometteuse en associant sa carrière de DJ à celle de producteur et remixer, Loïc signe sur différents labels dont, Oto Music, Moody Recordings, Bedroom Muzik, Jango Music, Twisted Funk Records, Natura Viva, Younan Music, Undrgrnd Music ou encore Serials Records.

Des dates s'enchaînent dans de nombreux clubs européens pour distiller une Tech-house taillée pour le dancefloor, dont une résidence remarquée aux côtés du producteur lyonnais Lionel Maublanc lors des soirées « La Garçonnière » et « Wake-Up ! ». Loïc partage ainsi des line-up avec des artistes renommés de la scène électronique et se fait remixer par le légendaire Tom Stephan aka Superchumbo ou encore l’emblématique Saeed Younan.

Loïc Roche découvre la musique électronique à l'âge de 12 ans en écoutant les mix de Carl Cox, Pete Tong ou encore Didier Sinclair sur Radio FG. 

Ses premières soirées débutent à Paris aux Folies Pigalle en passant par de nombreux clubs dont le mythique Queen sur les champs Elysées où il rencontre son futur manager Franko Grim. 

La suite est prometteuse en associant sa carrière de DJ à celle de producteur et remixer, Loïc signe sur différents labels dont, Oto Music, Moody Recordings, Bedroom Muzik, Jango Music, Twisted Funk Records, Natura Viva, Younan Music, Undrgrnd Music ou encore Serials Records.

Des dates s'enchaînent dans de nombreux clubs européens pour distiller une Tech-house taillée pour le dancefloor, dont une résidence remarquée aux côtés du producteur lyonnais Lionel Maublanc lors des soirées « La Garçonnière » et « Wake-Up ! ». Loïc partage ainsi des line-up avec des artistes renommés de la scène électronique et se fait remixer par le légendaire Tom Stephan aka Superchumbo ou encore l’emblématique Saeed Younan.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article